Dire, ne pas dire

Emplois fautifs

Elle s’est rendue compte qu’elle s’était rendu coupable

Le 3 octobre 2019

Emplois fautifs

On sait que l’accord des verbes pronominaux dépend, le plus souvent, de la fonction du pronom complément dans la proposition où se trouvent ces verbes. On distingue ainsi Elle s’est lavée, phrase où le pronom s(e) est complément d’objet direct du verbe laver, d’Elle s’est lavé les mains, où ce même pronom est complément d’objet indirect du verbe. Il en va de même avec le verbe rendre et l’on se gardera bien de confondre Elle s’est rendue à la ville et Elle s’est rendue coupable d’une petite indiscrétion, phrases dans lesquelles le pronom s(e) est complément d’objet direct du verbe rendre, d’Elle s’est rendu compte, où le pronom s(e) est complément d’objet indirect de ce même verbe.

On écrit

On n’écrit pas

Les élèves se sont rendus en classe

Elles se sont rendues indispensables

Ils se sont rendu compte du danger

Les élèves se sont rendu en classe

Elles se sont rendu indispensables

Ils se sont rendus compte du danger

Entre 50 à 70 km/h

Le 3 octobre 2019

Emplois fautifs

Pour donner une estimation grâce à une échelle, on peut employer les couples de/à ou entre/et, comme dans L’anaconda peut mesurer de huit à dix mètres et Un éléphant d’Afrique adulte pèse entre cinq et six tonnes. Mais on évitera de mêler ces deux tours et on se gardera bien de dire, ce qui malheureusement commence à s’entendre ici ou là, entre/à et on ne dira donc pas Le vent souffle entre cinquante à soixante-dix kilomètres à l’heure ni La traversée durera entre quatre à six heures.

Je pensais que je viendrai

Le 3 octobre 2019

Emplois fautifs

Il existe différentes formes de futur : le futur simple, le futur antérieur, le futur proche – qui se construit avec le verbe aller, employé comme semi-auxiliaire (Le train va partir dans trois minutes) –, mais aussi un futur du passé encore appelé futur dans le passé. Ce dernier s’emploie dans des subordonnées pour situer une action à venir par rapport à un verbe principal au passé, comme dans : Il savait qu’il partirait demain. Ce futur, comme on le voit, emprunte ses formes au conditionnel présent. On prendra bien garde à ne pas le remplacer par un futur simple. Si l’oreille nous avertit d’une faute éventuelle à la troisième personne (on perçoit l’erreur dans il savait qu’il partira demain), il n’en va pas de même à la première personne du singulier où la différence entre le son -ai [é] du futur et le son -ais [è] du conditionnel ne se fait plus guère entendre. Rappelons donc que l’on doit écrire je savais que je viendrais et non je savais que je viendrai puisque l’on dit il savait qu’il viendrait et non il savait qu’il viendra.

Partager autour d’un sujet

Le 3 octobre 2019

Emplois fautifs

Nous avons vu naguère que le verbe échanger devait avoir un complément d’objet et que le construire absolument était incorrect. Le verbe partager accepte lui cette construction (Partager en frères, apprendre à partager, etc.), mais on ne doit pas lui donner le sens d’« échanger des propos » ou de « discuter ». On rappellera d’ailleurs que dans une conversation on ne partage pas son point de vue, ses idées, son opinion, mais on cherche à les faire partager à son interlocuteur, c’est-à-dire que l’on fait en sorte que celui-ci les fasse siens.

On dit

On ne dit pas

Les acteurs sociaux ont abordé le sujet du handicap

Nous vous invitons à venir discuter du livre d’Untel

Les acteurs sociaux ont partagé autour du handicap

Nous vous invitons à venir partager autour du livre d’Untel

Apprendre sur le tard et Apprendre sur le tas

Le 5 septembre 2019

Emplois fautifs

La locution sur le tard a d’abord signifié « à la fin de la journée, à une heure avancée » ; elle s’emploie aujourd’hui au sens d’« à un âge ou à un moment considéré comme avancé » ; on dit ainsi il s’est marié sur le tard, il a appris l’anglais sur le tard. Il convient de ne pas confondre cette locution avec sur le tas, attesté depuis plus d’un siècle, (que l’on trouve aussi dans grève sur le tas), et qui signifie « directement sur le lieu de construction » et, figurément et familièrement, « qui s’acquiert, se fait par l’expérience directe du métier ». Cet emploi dérive du sens familier de tas en maçonnerie : « endroit où l’on taille les pierres à bâtir, puis où l’on construit le mur ».

On dit

On ne dit pas

Il s’est mis à la musique sur le tard

Il a appris son métier sur le tas

Il s’est mis à la musique sur le tas

Il a appris son métier sur le tard

Le nom rébellion se rebelle

Le 5 septembre 2019

Emplois fautifs

Dans les quatre premières éditions du Dictionnaire de l’Académie française, (de 1694 à 1762) le nom rébellion était écrit rebellion. Ce faisant, l’Académie suivait peu l’usage puisque dans Tartuffe, Molière écrivait déjà faire rébellion. Aujourd’hui, sans doute par analogie avec rebelle et se rebeller, on entend et on lit de plus en plus rebellion. Rappelons donc que, depuis plus de deux siècles, cette forme est fautive et que c’est bien rébellion qu’il faut dire et écrire et ajoutons pour conclure que ce qui vaut pour le couple rebelle-rébellion vaut aussi pour tenace-ténacité, la forme tenacité étant, comme rebellion, à proscrire.

On dit

On ne dit pas

Deux bataillons sont entrés en rébellion

La rébellion a été vaincue

Faites preuve de ténacité

Deux bataillons sont entrés en rebellion

La rebellion a été vaincue

Faites preuve de tenacité

Pécunier pour Pécuniaire

Le 5 septembre 2019

Emplois fautifs

Les adjectifs financier et pécuniaire sont de sens proche. Celui-ci signifie « qui a rapport à l’argent, qui consiste en argent » : des soucis pécuniaires, des avantages pécuniaires ; l’adjectif, aujourd’hui vieilli, pécunieux, « qui dispose de beaucoup d’argent comptant » appartient à cette même famille. Financier signifie, quant à lui « relatif à l’argent, aux ressources pécuniaires » : une situation financière confortable, des soucis financiers, puis « relatif à la gestion des patrimoines et aux opérations effectuées sur le marché des capitaux à long terme » : une opération financière, les grandes places financières d’Europe. À cette liste, il convient de ne pas ajouter pécunier, pécunière et ce, même si cet adjectif est aujourd’hui courant en Belgique.

On dit

On ne dit pas

Des embarras pécuniaires

Une opération financière profitable

Des embarras pécuniers

Une opération pécunière profitable

Federer va jouer Nadal en demi-finale

Le 4 juillet 2019

Emplois fautifs

Le verbe jouer est transitif direct quand il a pour objet des noms de personnes et que ceux-ci sont des personnages de fiction ou des personnages réels incarnés sur scène ou à l’écran : Elle joue Toinette dans « Le Malade imaginaire » ; Henri Fonda a joué Théodore Roosevelt junior dans « Le Jour le plus long ». Jouer s’emploie aussi avec un nom de personne complément d’objet direct quand il a le sens de « tromper, abuser » : Il le joue depuis des mois, en lui faisant espérer cet emploi. Nous avons été joués par cet escroc. On se gardera d’employer cette construction directe quand jouer signifie « affronter un adversaire, jouer contre quelqu’un ». On ne dira donc pas Federer va jouer Nadal en demi-finale, mais Federer va jouer contre Nadal ou Federer va affronter Nadal ; la preuve en serait, si besoin était, que, contrairement aux cas évoqués plus haut, la transformation passive est ici impossible ; on ne dit en effet pas Nadal a été joué par Federer en demi-finale.

On dit

On ne dit pas

La France rencontre l’Italie en finale

Les Français sont opposés aux Anglais en quart de finale

La France joue l’Italie en finale

Les Français jouent les Anglais en quart de finale

Le hauban mais L’auvent

Le 4 juillet 2019

Emplois fautifs

« Dans le port d’Amsterdam / Y a des marins qui mangent / Sur des nappes trop blanches / Des poissons ruisselants / Ils vous montrent des dents / À croquer la fortune / À décroisser la lune / À bouffer des haubans ». Qui sait si cette chanson n’est pas responsable d’une faute de plus en plus commise, qui consiste, par analogie avec hauban, à prononcer auvent comme si ce nom était précédé d’un h aspiré et à dire le auvent quand c’est l’auvent que veulent l’usage et la règle ? Suivons donc Colette qui, dans Claudine s’en va, évoque « l’auvent soyeux des cils » ou Giono qui écrit, dans Regain : « Il y a maintenant, sous l’auvent des tuiles, un petit essaim qui cherche un abri ».

On dit

On ne dit pas

Venez vous abriter sous l’auvent

Les montants de l’auvent

Venez vous abriter sous le auvent

Les montants du auvent

N’hésiter pas à m’écrire pour Ne pas hésiter à m’écrire

Le 4 juillet 2019

Emplois fautifs

Les verbes du premier groupe sont homophones à l’infinitif et à la deuxième personne du pluriel de l’impératif : chanter, chantez ; danser, dansez. En général, on ne les confond pas, mais l’infinitif a parfois aussi une valeur d’impératif. Dans les recettes de cuisine, par exemple, on lit aussi bien verser l’huile, battre les œufs en neige que versez l’huile, battez les œufs en neige. Les problèmes se posent à la forme négative car, selon que l’on a l’un ou l’autre de ces modes, la place des éléments ne et pas, qui composent la négation, ne sera pas exactement la même. On écrit en effet n’hésitez pas, en intercalant l’impératif entre ces deux éléments, mais ne pas hésiter, en les plaçant cette fois-ci devant l’infinitif.

On écrit

On n’écrit pas

Ne pas se pencher, ne vous penchez pas

Ne pas plier le document, ne pliez pas le document

Ne pas se penchez, ne vous pencher pas

Ne pas pliez le document, ne plier pas le document

Pages