Dire, ne pas dire

Néologismes & anglicismes

Has been et Out

Le 06 novembre 2014

Néologismes & anglicismes

Ces deux anglicismes, dont les fortunes diffèrent aujourd’hui, sont utilisés pour qualifier des personnes, des objets ou des attitudes qui ne sont plus dans l’air du temps. Has been est aujourd’hui en net recul et, devenu lui-même un peu has been, il laisse progressivement place à out. Notons cependant que leurs emplois ne sont pas identiques : has been et out peuvent être adjectifs (ce chanteur est has been, est out), mais seul has been peut être un nom. On aura peut-être le malheur d’être un has been, celui d’être un out nous sera épargné. Là encore, la langue française n’est pas si pauvre qu’il lui faille recourir à ces anglicismes, puisqu’elle a des formes adjectives convenant aux personnes, comme dépassé, ringard, d’un autre temps.

On dit

On ne dit pas

Cet acteur est ringard

Il est d’un autre âge, d’un autre temps

Cet acteur est complètement has been

C’est un has been

 

Show off

Le 06 novembre 2014

Néologismes & anglicismes

On entend de plus en plus souvent en français le terme show off. Ce groupe, au statut linguistique mal déterminé et qui est tantôt nom (Il fait du show off), tantôt adjectif (Il est un peu show off), renvoie à l’idée générale d’une manifestation de soi dénuée de toute trace de modestie. C’est d’ailleurs le sens du verbe show off en anglais, qui signifie « mettre en valeur » et, péjorativement, « faire étalage de » et enfin « se faire remarquer, frimer ». Ce type d’attitude étant universellement partagé, le français a, lui aussi, à sa disposition, du matériel linguistique, appartenant à divers niveaux de langue, propre à traduire cet état d’esprit et les comportements qu’il induit. Il n’est que de songer, par exemple, à des termes ou locutions comme faire le malin, le mariole, le beau ou le paon, crâner, se pavaner, parader, plastronner, poser ou à d’autres au charme un peu désuet, comme coqueter, hancher, mignarder, ou encore à poitriner, si cher à Barbey d’Aurevilly qui écrivit dans Les Diaboliques : « Le capitaine poitrinait au feu, comme une belle femme au bal, qui veut mettre sa gorge en valeur. »

Corporate

Le 02 octobre 2014

Néologismes & anglicismes

L’adjectif anglais corporate s’entend de plus en plus en français. Ce mot est issu du latin corporatus, participe passé de corporare, « incorporer », et, conformément à son étymologie, il signifie « qui a un esprit de corps ». Cette locution ou d’autres de même sens peuvent avantageusement se substituer à cet anglicisme. Utilisons-les.

On dit

On ne dit pas

Il a bien acquis l’esprit de l’entreprise

La culture d’entreprise

Il est devenu très corporate

La culture corporate

 

Team pour Équipe

Le 02 octobre 2014

Néologismes & anglicismes

En 1992, les États-Unis décident d’envoyer aux Jeux olympiques une équipe de basket-ball composée, non plus d’universitaires amateurs, mais des meilleurs professionnels. Outre-Atlantique, cette équipe est baptisée dream team, « l’équipe de rêve ». Cette appellation fera florès, aidée par la victoire de cette équipe aux Jeux de Barcelone et portée par l’assonance qu’elle contient, à tel point que, quelques années plus tard, la presse s’en emparera pour désigner le gouvernement français alors dirigé par Lionel Jospin. Aujourd’hui, team se rencontre dans tous les domaines et en particulier dans le monde du travail pour désigner une équipe de personnes travaillant dans la même entreprise ou dans le même service. On se gardera pourtant d’imiter ces exemples et l’on utilisera de préférence à cet anglicisme au genre mal fixé le nom équipe ou, dans certains sports, celui d’écurie.

On dit

On ne dit pas

Je vous présente mon équipe

Les deux pilotes de cette écurie ont marqué des points au dernier grand prix

Je vous présente mon  team, ma team

Les deux pilotes de ce team ont marqué des points au dernier grand prix

 

 

Short list

Le 09 septembre 2014

Néologismes & anglicismes

On traduisait naguère les locutions anglo-américaines, qu’elles soient figurées ou non. Cols bleus et cols blancs sont les traductions littérales de locutions anglaises. On utilise « Guerre froide », pour traduire la locution Cold war, créée par George Orwell, ou « rideau de fer », pour traduire la forme iron curtain, popularisée par Winston Churchill. Est-ce par souci de modernité, par snobisme ou par manque de confiance dans notre langue que depuis quelque temps on préfère garder sans les traduire ce type de locutions ? C’est le cas pour short list, qui désigne, dans le cas d’un processus de choix, une liste où figurent les candidats ayant passé avec succès le cap des premières sélections. Pourquoi ne pas employer la locution « liste restreinte » ou « étroite » ou encore une périphrase, évoquant cette réalité, et plus conforme au génie de la langue française.

On dit

On ne dit pas

À l’issue de cet entretien, il fait toujours partie des candidats pour le poste / Il est sur la liste restreinte, étroite

Il est parmi les derniers candidats susceptibles d’obtenir tel prix littéraire

À l’issue de cet entretien, il est sur la short list pour le poste

 

Il est sur la short list pour tel prix littéraire

 

Spoiler

Le 09 septembre 2014

Néologismes & anglicismes

Le verbe anglais to spoil, « gâcher, abimer », est issu de l’ancien français espoillier, lui-même issu du latin spoliare, d’où nous viennent les formes actuelles spolier et dépouiller. Le verbe spoiler, croisement bâtard entre l’anglais, par son radical, et le français, par sa terminaison, se rencontre aujourd’hui avec le sens de « gâcher le plaisir », en parlant d’une personne à qui l’on dévoile la fin d’un film, ou les moments les plus intéressants de celui-ci. L’usage de ce terme se répand fâcheusement aujourd’hui, et d’autant plus rapidement que le nombre de séries anglo-américaines diffusées sur nos chaînes, dans lesquelles l’art du suspense est l’un des ressorts essentiels, ne cesse de croître. La construction de cet anglicisme est mal définie en français, puisqu’on le rencontre employé absolument (Ne spoile pas), employé avec comme complément d’objet direct le nom de la personne à qui on raconte l’histoire (Il m’a spoilé) ou le nom de ce dont on parle (Il a spoilé le film). Cet anglicisme peut être aisément évité tout comme le substantif qui en découle, spoiling (Pas de spoiling !).

On dit

On ne dit pas

Ne gâchez pas le plaisir / Ne me racontez rien !

Ne dites pas la suite, le dénouement du film !

Ne spoilez pas !
 

Ne spoilez pas le film !

 

Conf call

Le 11 juillet 2014

Néologismes & anglicismes

La locution anglaise conf call, abréviation de conference call, tend à se répandre. Elle désigne une communication téléphonique organisée à l’avance entre plus de deux correspondants, et non, comme on le croit parfois, un exposé retransmis par téléphone. Cet anglicisme peut facilement être remplacé par la forme conférence téléphonique. Pourquoi ne pas l’employer.

On dit

On ne dit pas

Organiser une conférence téléphonique

Organiser une conf call

 

Off record

Le 11 juillet 2014

Néologismes & anglicismes

Avant d’avoir le sens d’exploit sportif constaté officiellement et dépassant tout ce qui a été précédemment réalisé dans une même discipline, l’anglais record signifie « procès-verbal, témoignage » ; ce nom est un déverbal de to record, « enregistrer », qui est lui-même emprunté du français recorder, « se souvenir ». La locution anglaise off record sert donc à préciser que ce qui est dit ne doit pas être rendu public. Le français a à sa disposition des formes pouvant exprimer cette idée comme « officieusement », « hors micro » ou « confidentiellement ». Utilisons-les.

On dit

On ne dit pas

Des propos tenus hors micro

Une information confidentielle

Des propos tenus off record

Une information off record

 

Donner son go

Le 10 juin 2014

Néologismes & anglicismes

On commence à entendre, ici ou là, un étrange mélange d’anglais et de français, donner son go, une expression qui n’est correcte dans aucune de ces deux langues. Le français dispose de nombreuses expressions signalant que l’on donne l’autorisation de faire telle ou telle chose : donner son accord, son feu vert ou, plaisamment donner son imprimatur.

On dit

On ne dit pas

Donner son feu vert pour le lancement du projet

Donner son go pour le lancement du projet

 

Vintage

Le 10 juin 2014

Néologismes & anglicismes

In vino veritas, dit le proverbe ; dans le vin aussi l’origine de vintage. Ce nom anglais est en effet dérivé de vint(ner), lui-même emprunté de l’ancien français vinetier, « vigneron ». Vintage qualifie d’abord un porto d’une cuvée particulière ou d’un millésime particulier. Cet emploi, correct quand il désigne un porto, ne doit pas, par extension, qualifier tel ou tel objet qui, comme les grands crus, aurait pris de la valeur en vieillissant. C’est en ce sens que cet adjectif tend à se répandre en français ; on préfèrera le remplacer par la locution adjectivale d’époque ou, si l’on veut garder la métaphore vinicole, par l’adjectif millésimé.

On dit

On ne dit pas

Une voiture d’époque

Un sac des années xxxx

Une voiture vintage

Un sac vintage

 

Pages